L’amour sous l’aubépine, de Zhang Yimou

Shan Zha Shu Zhi Lian - 山楂树之恋
vendredi 22 juin 2012

Sous l’aubépine ne fleurit pas seulement une émouvante et pudique histoire d’amour : celle-ci s’inscrit dans un contexte tragique, conjurant toute naïveté. « L’arbre des héros » porte des fleurs rouges plutôt que blanches, le sang des soldats chinois victimes des Japonais l’abreuvent. Les treize fleurs de Nanjing montrera les sacrifices. Les deux films bénéficient d’une minutieuse reconstitution, cadre d’histoires malheureusement vraies, où un suspens soutient l’intérêt cinématographique.

Zhang Yimou décrit précisément la cruauté du sort meurtrissant des Chinois de l’époque. La mère rappelle qu’un faux pas peut ruiner une vie entière. Et paradoxalement, la fille feint d’autant mieux l’enthousiasme en participant à un spectacle révolutionnaire. Son innocence, plutôt que sa naïveté enchante : elle croit que partager un lit lui fait risquer de tomber enceinte.

L’art du cadrage embellit la narration, filmée principalement au Sichuan et d’un point de vue féminin, avec une caméra fluide, à l’instar des flots volontiers présents. Grâce au symbolisme, des objets banals acquièrent une valeur émotive, une lampe se chargeant d’électrons amoureux… Le coloriste Zhang Yimou montre une cinématographie picturale, avec des demi-teintes remarquablement cohérentes. L’écriture cinématographique utilise de nombreux fondus au noir elliptiques et des cartons citant la romancière 艾米, Ai Mi, confirme le retentissement de l’encre sur l’écran, dignes du cinéma muet. Le cinéaste cumule ainsi la distance auctoriale,
celle du conte, voire quelque prudence politique.

Conjointement à des fondamentaux sociologiques, tels l’importance des repas partagés en famille et couple, la badauderie, l’oeuvre, magnifique, s’inscrit dans la lignée de Mon père et ma mère, marquant en 1999 les débuts de Zhang Ziyi, le pygmalion du cinéma chinois, fait découvrir ici 周 冬雨, Zhou Dong Yu, à qui il offre le rôle principal, celui d’une fille aimant la première fois. La lumière composée par Zhang Yimou confère une certaine radiance à la peau de Mlle Zhou.

Au début des années 70, sous la Révolution culturelle, Jing Qiu, lycéenne de 16 ans, part avec ses copains de classe à la campagne pour expérimenter la vie des paysans dans un village du Hubei.

En arrivant au village, une aubépine a été présentée aux jeunes gens, comme quoi l’arbre est particulier car il a été baigné dans le sang des résistants pendant la guerre sino-japonaise. Jing Qiu croit voir un jeune homme sous l’arbre.

Plus tard, elle rencontre un jeune technicien en géologie, Lao San. Entre eux, naît une idylle malgré leurs antécédents divergents. La bien-aimée cache ses sentiments. Le prétendant offre de nombreux cadeaux. La jeune femme impose à son soupirant d’attendre ses 25 ans, et après sa nomination d’enseignante. Mais une leucémie ôte la vie de Lao San et laisse Jing Qiu dans un abîme de désespoir...

Scénario : Yin Lichuan, Gu Xiaobai, Ai Mi 编剧 : 尹丽川 ,顾小白,阿美

Réalisation : Zhang Yimou 导演:张艺谋

Chef-opérateur : Zhao Xiaoding ; 摄影:赵小丁

Montage : Meng Peicong 孟佩璁

Avec : Zhou Dong Yu ; Dou Xiao 主演:周冬雨 窦骁

2010 ,115 min, Genre : drame


Portfolio

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 841 / 245184

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Les Archives du festival  Suivre la vie du site 07 - Le 7e Festival du Cinéma Chinois de Paris  Suivre la vie du site 1 - Films récents   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License