Quiproquo

1947, Hong Kong
mardi 7 septembre 2010

Présenté par les petite-filles de Chow Hsuan au cinéma la Pagode

Scénario : HONG Mo Réalisation : FANG Peilin Chef opérateur : CAO Jinyun Montage : SHEN Yuqi 1948 / 95 mn / VO sous-titre français Avec : ZHOU Xuan, LU Yukun, MENG Na

Mercredi 29 sept. 20h00 Quiproquo ( 1947 ) au cinéma la Pagode, 57 rue de Babylone - Paris 7ème.

Zhou Ying, jeune fille gérant avec enjouement un restaurant familial, joue des caisse enregistreuse et boulier, gazouille jour et nuit. Le chant de ZhouYing importune Ding Qiushi, précepteur chez les voisins Shen pour deux mignons enfants qui posent des questions inattendues. Zhou Ying, volontiers mutine, et Ding, malgré leurs nombreuses disputes, s’éprennent l’un de l’autre. Lorsque Ding refuse l’aide financière de Ying, elle pousse le jeu jusqu’à se cacher dans le coffre de l’automobile de Shen Chuanqing, son élégant voisin et ancien camarade de classes revenu se fiancer. Mais la voiture part pour Shanghai, où elle se retrouve avec une robe déchirée. Lao Zhao secourt Zhou Ying et conduit celle-ci à l’appartement de Shen. La fiancée de Shen Li Anlin, se rend la nuit à la résidence de son ami, suivie par Ding, pour surprendre Zhou Ying en situation compromettante. La machine infernale du Quiproquo s’emballe ainsi.

Quiproquo

Quiproquo constitue un joyau de comédie, cultivant le comique de situation, ménageant les surprises avec un art de la symétrie des fourvoiements bien chinois. Geôle populeuse où croupit Lao Zhao versus luxueuse garçonnière-prison pour Ying. L’œuvre utilise une intrigue tumultueuse, relevée par l’ambiance musicale. Le générique au début, charmant, marque déjà le ton de la comédie, l’espièglerie qu’arbore Zhou Xuan caractérisant le film. De nombreuses scènes s’avèrent hilarantes.

Ying en chinois signifie loriot, l’héroïne chantant et sifflant tel l’oiseau.

FANG Peilin (1908-1947) commence par la scénographie. Quiproquo montre bien sa maîtrise des décors. Le scénographe débute dans la réalisation en 1936 à Shanghai. Il réalise des comédies musicales à succès et poursuit cette carrière à Hong Kong. Le succès commercial de 化身姑娘, Hua Shen Gu Niang - La Fille travestie, réalisé en 1936, inspire de nombreux autres films. Au-delà du cas d’espèce, le parcours de ce cinéaste doit permettre de mieux comprendre l’âge d’or cinématographique. En vérité, à partir des années trente, la majorité des réalisateurs et des scénaristes adopte et pratique les valeurs du divertissement. Le cinéaste disparaît dans un accident d’avion alors qu’il finissait Quiproquo, qui sortit à titre posthume.

Quiproquo


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 136612

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 4 - Les Archives du festival  Suivre la vie du site 61 - Les films 2010  Suivre la vie du site 22 - Hommage à CHOW HSUAN   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License

[] []